Nous sommes en plein dans la période propice aux séjours au ski. La neige, les glissades, les fondues, les soirées au coin du feu…que de bonnes raisons pour se rendre en séjour à la neige. Attention cependant à prendre les précautions nécessaires. Effectivement, si l’on s’équipe régulièrement contre le froid grâce à des bonnets, des combinaisons, des écharpes, des gants…on peut facilement omettre de protéger ses yeux, pourtant très vulnérables durant les séjours au ski. 

I/ Quels sont les risques du ski pour la santé des yeux ?

À vrai dire, ce n’est pas véritablement le ski en lui-même, c’est-à-dire l’activité de skier, qui pourrait porter préjudice aux yeux (à moins de se planter un bâton de ski dans l’oeil!), mais plutôt les conditions dans lesquelles on s’adonne à la dite activité. 

D’abord, la neige réverbère extrêmement bien la lumière; aussi, les effets de cette dernière sont décuplés lorsque l’on est au ski, provoquant un aveuglement important et un inconfort lors de la pratique du ski, du snowboard, ou des raquettes…

Ce sont en effet 80% des rayons lumineux que la neige réfléchit au total, quasiment la totalité donc. Imaginez que l’on ajoute 80% à la luminosité que vos yeux supportent déjà. Ajoutons à cela que les UV augmentent de 10 à 12% tous les 1000 mètres, et nous obtenons une combinaison mortelle pour les yeux. On protège beaucoup sa peau, mais il doit en être de même pour les yeux, qui peuvent subir le même sort, lorsqu’ils sont exposés aux UV. On parle ici d’une quantité d’UV décuplée, et d’une réverbération qui double quasiment le ressenti des effets de la lumière. C’est pourquoi il est important de porter des verres solaires au ski. 

protéger-yeux-ski-eyeneed

Il est d’ailleurs possible de contracter ce que l’on appelle l’ophtalmie des neiges, également appelée photokératoconjonctivite. C’est en fait, un coup de soleil dans les yeux. Lorsque vous revenez de vos vacances au ski, il est courant que vous portiez la trace de votre masque sur le visage; imaginez si vous n’en aviez pas : les yeux attraperaient ce qu’attrape la peau ! De quoi laisser songeur… 

Il s’agit, plus techniquement, d’une brûlure de la cornée. Ce n’est pas très grave, mais c’est en revanche très douloureux. L’ophtalmie des neiges donne lieu à des larmoiements, à une sensation de sable dans l’oeil, à une forte sensibilité à la lumière, à une contraction involontaire des paupières (blépharospasme) et l’on peut se voir conseillé de rester dans l’obscurité; de quoi gâcher son séjour au ski donc. 

En principe, les effets de l’ophtalmie de neiges disparaissent au bout de 2 à 3 jours, mais certaines personnes contractent une surinfection de la cornée, qu’il faut ensuite soigner par un traitement antibiotique. 

protéger-yeux-ski-eyeneed

II/ Quel est l’intérêt des lunettes de ski ? Comment faut-il choisir ses lunettes de ski ?

Les lunettes de ski ont 3 intérêts : d’abord, elles fournissent un confort au porteur, celui de ne pas être ébloui; ensuite, elles protègent des UV, et enfin, elles évitent la projection de neige dans les yeux. 

Pour choisir ses lunettes ou son masque de ski, on compte 3 critères importants : 

  • la norme CE, afin de garantir que la protection promise par le fabricant est bien réelle;
  • la protection latérale : les lunettes ne doivent pas protéger que l’avant des yeux, mais également leurs côtés (surtout pour les enfants); c’est pour cela qu’il peut être avantageux de choisir de porter un masque; 
  • la catégorie des verres : 3 ou 4, afin d’absorber au minimum 80% de la lumière visible. Les verres de catégorie 1 ou 2 ne sont pas adaptés en cas de soleil.


protéger-yeux-ski-eyeneed

Concernant leurs teintes, le jaune est adapté en cas de brouillard, quand le rose s’adapte à de plus nombreuses conditions. Néanmoins, la teinte brune ou grise reste la plus conseillée, en tant qu’elle limite au maximum les effets de la réverbération. Les traitements de type miroir et les filtres polarisants augmentent le confort visuel et et limitent considérablement les effets de la réverbération. 

protéger-yeux-ski-eyeneed

III/ Les yeux craignent-ils le froid ?

Ce n’est pas le froid en tant que tel qui affecte les yeux, mais plutôt le vent froid, et même le vent tout court, qu’il soit froid ou chaud. Le vent assèche les yeux donnant lieu à ce que l’on appelle une sécheresse oculaire. La sécheresse oculaire crée des larmoiements, un inconfort général, un rougeoiement des yeux, et une sensation de brûlure. Aussi, il est important de parer à la sécheresse oculaire en portant des lunettes ou un masque de ski, lesquels permettent déjà de les protéger des UV et de la neige. Aussi, il n’y a, en fin de compte, que des bonnes raisons de se munir d’une protection visuelle lors de son séjour au ski. 

IV/ Quels sont les autres risques pour les yeux lorsque l’on part au ski ?

L’ophtalmie des neiges est une affection immédiate, mais à terme, comme les effets du soleil sur la peau sur la durée, l’exposition des yeux aux UV peut mener à des maladies oculaires. Les yeux trop exposés à la luminosité sans protection peuvent ainsi être sujets, plus tardivement, à des maladies ophtalmiques comme la cataracte ou la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). 

Pour vous procurer des lunettes de ski, ou un masque de ski, retrouvez tous les opticiens partenaires Eyeneed

Vous pensez être atteint de sécheresse oculaire, ou d’une ophtalmie des neiges, retrouvez tous nos spécialistes de la santé visuelle partenaires

Nos réseaux sociaux
error
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like